Worldwide delivery !

Les imprimés de l'Eté 2016

Published on 04/6/2016

Les imprimés de l'Eté 2016

Une belle saison estivale, 8 imprimés, chacun a son histoire : Giverny, Fée Clochette, Paris s'éveille, Mosaïque, Pivoines, Ya d'la Joie, Pique-Nique, Colorama... Les connaissez-vous tous?

GIVERNY

De son balcon Monsieur Monet contemplait son jardin… Je lui vole ses couleurs, je lui vole ses compositions magiques, sa tulipe noire et ses tulipes oranges pointant leurs corolles sur un océan de fleurs mauve et safranées. Aller à Giverny , c’est chaque printemps un acte fondateur. J’entre en osmose avec la nature, je plonge dans les étamines et je m’amuse à fixer sur ma pellicule les abeilles affairées...

FEE CLOCHETTE

Coquette et familière, la sauge borde nos routes, saupoudrant le paysage de ses corolles en forme de clochette. Si j’étais une robe, je montrerais mon bout de genou, ma gorge nacrée, je me sentirais exquise parce que cet imprimé a la profondeur d’un écrin et la fraîcheur d’une délicate peinture. Sombre il nous autorise à porter nos collants et notre trench jusqu’aux vrais beaux jours. Eclairé de pétales roses, il est par excellence le petit imprimé facile de l’été.

PARIS S'EVEILLLE

Et je poursuis mon itinéraire parisien, saluant la Belle Dame, au hasard d’un coin de rue, derrière un immeuble hausmannien, une église, un palais, un pont, une avenue bordée de platanes ou de marronniers. Elégante et imprévisible, je l’imagine telle une starlette oscillant dans la foule. Je la suis des yeux, la perds, la retrouve, repérant de loin son profil, sa robe, son foulard.

A nos clientes étrangères, « Paris s’éveille » est un clin d’œil au chouchou des français, Jacques Dutronc… A vous d’aller découvrir sa chanson culte sur youtube !

MOSAIQUE

Une minuscule chapelle à Capri. Un mètre carré recouvert de brindilles, à l’ombre d’arbres séculaires. Débris de carrelage, sans logique aucune si ce n’est l’harmonie des teintes, la palette des verts, des jaunes et des turquoises féminisés de carreaux roses à pois blancs. Univers kitsch, comme celui d’une jeune fille qui a de l’idée et qui, de trois quatre bouts de tissu glanés au Marché st Pierre, s’est confectionné une robe, mariant les carreaux et les pois. En continuant mon petit délire de création, elle part en caravane, campe au pied du phare, a adoré Amélie Poulain, les yéyés et le Grand Budapest Hotel.

PIVOINES

Tout est dans l’exagération : la taille, la densité des couleurs, le contraste des fleurs sur le blanc. Audace, conquête, élégance accrocheuse, spectaculaire, émotion, cet imprimé est l’ambassadeur absolu des années soixante. Pivoines rouges, comme une femme belle, à la peau talquée, aux lèvres peintes trop rouges, à la chevelure de jais. Pivoines bleues, aussi belle, faussement plus calme avec ses indigos et ses violets au cœur d’or.

YA D'LA JOIE

Dans un grand mouvement de joie l’artiste s’est lâché, jetant ses couleurs, trempant convulsivement ses pinceaux et barbouillant sa toile de jaune, d’orange sur les jaunes, de rose et de rouge surenchérissant. La nature frémit, les feuilles ondulent, les jupons tournoient sur les jambes nues. Clin d’œil à notre ami Trenet, chanson créée en 1936 et appartenant à la mythologie française… Ma fille, vingt ans, s’est exclamée : « ya d’la joie ! » C’est ainsi qu’est né … ce nouvel imprimé…

PIQUE-NIQUE

Entraînant dans sa course estivale son petit frère tout en lignes vertes et roses, PIQUE NIQUE est l’inséparable imprimé de YA D’LA JOIE. Chic, frais, moderne. Couleurs acidulées qui claquent sur un drap étincelant de blancheur. Sa simplicité est précisément sa force, sa pureté son insolence. A l’image des sixties qui ont brutalement bousculé les codes vieillots de leurs mamans, cet imprimé soufflera un grand coup de frais dans votre garde-robe d’été.

COLORAMA

Il fut un temps où j’allais souvent au Japon, où je dessinais et collaborais à des collections lointaines. Un jour je reçus en cadeau de Noël une incroyable boîte de crayons de couleurs. Je précise xxx boîtes de crayons de couleurs. La boîte des bleus ciel, la boîte des turquoises, la boîtes des indigo, marine et cobalt. La boîte des framboises, celle des vermillons, la boîte des verts lagon, émeraude, kaki, la boîte des jaunes d’or, celle des citronnées. C’était magique, sublime. J’ouvre mes boîtes comme j’ouvre un flacon de parfum, j’hume mes couleurs. Ce jour-là, ce jour de création, j’ai fait tomber mes crayons sur la table, comme un mikado. A vous de jouer !